élections présidentielles et législatives de 2017

13 mai 2017

Les régions Bretagne et Pays-de-la-Loire ont largement rejetées Marine Le Pen. C'est un fait majeur de cette élection présidentielle 2017, marquant le clivage géographique entre l'Ouest, le Centre et le Sud-Ouest de la France d'un côté, et le Nord, l'Est et le Sud d'autre part.

Les terres catholiques et traditionnellement marquées à gauche de l'Ouest ont confirmé la tendance politique en cours depuis plusieurs années. Bien que le Front National y progresse sensiblement, Marine Le Pen ne s'est qualifiée au second tour de l'élection présidentielle que dans un seul département (la Sarthe) des neuf que comptent les régions Bretagne et Pays-de-la-Loire. Mise à part la Sarthe, elle a systématiquement été rejetée au second tour avec un score inférieur à sa moyenne nationale dans ces deux régions.

Cependant, le Front National a réalisé une importante percée dans le nord de la Normandie et placé Marine Le Pen en tête des suffrages dans cette région au premier tour. Au second tour elle y réalise un score supérieur à la moyenne nationale avec 38,4 %...

12 mai 2017

Il y aurait pu avoir une vaste mobilisation contre Marine Le Pen entre les deux tours : sa large défaite le prouve. Mais il aurait fallu pour cela une organisation antifasciste à la base, ancrée localement, capable de diffuser l'appel à se mobiliser.

Comme cela n'a pas existé, il n'y a rien pu y avoir, à part des initiatives locales,  avec un écho très différent selon les endroits. Car il n'y a rien de spontané, tout est une question d'organisation.

Les blocages de lycée à Paris, par exemple, lancés depuis le lycée Buffon, relevaient d'un véritable engouement, mais il n'y avait aucune ligne et les partisans du barrage général à Marine Le Pen côtoyaient des partisans de l'abstention, avec les anarchistes tentant de récupérer le tout...

10 mai 2017

Le second tour des élections présidentielles a été le prétexte à une véritable lutte de deux lignes.

La ligne qui a gagné était celle réellement portée par les masses, celle qui était juste et qui disait qu'il fallait voter Emmanuel Macron, car l'ennemi principal, c'est l'extrême-droite.

C'était la ligne rouge, conforme à l'esprit d'exigence unitaire antifasciste formulé historiquement par le Front populaire. Les masses liées aux cultures socialiste et communiste ne l'ont pas oublié...

9 mai 2017

Editorial du 9 Mai 2017

Submitted by Anonyme (non vérifié)

La victoire d'Emmanuel Macron sur Marine Le Pen au second tour des élections présidentielles est une bonne chose, dans la mesure où cela affaiblit temporairement le fascisme. C'était l'aspect principal.

Par contre, a été une mauvaise chose l'intense propagande en faveur de l'abstention ou du vote blanc, menée par la «France insoumise» de Jean-Luc Mélenchon, ainsi que les anarchistes, les trotskystes, etc.

Agir ainsi a été irresponsable, car ne contribuant pas à habituer à l'antifascisme comme front le plus vaste face à la menace fasciste. Il ne faut également jamais amener à relativiser le danger que représente le fascisme...

8 mai 2017

Emmanuel Macron a reçu 65,8% des voix et c'est un succès de l'antifascisme. Avec 34,3% des voix, Marine Le Pen a clairement perdu : elle n'a pas réussi à rendre hégémonique un courant populiste et réactionnaire.

Cela aurait massivement modifé l'appareil d’État, dans la direction du fascisme !

Et c'est pourquoi aussi ce succès repose sur la mobilisation massive des masses de culture socialiste et communiste, qui sont il est vrai orientées vers le réformisme, mais qui savent ce que signifie le fascisme...

5 mai 2017

Plus le Front National sera à un haut niveau au sortir de ce second tour des élections présidentielles, a fortiori si Marine Le Pen l’emporte ce qui est tout à fait possible, contrairement à ce que prétendent les propagandistes de la « France Insoumise », plus les groupes d’ultra-droite se situant en marge seront libres d’agir et d’agiter la société afin de la tendre au maximum et de préparer un coup de force.

Disons les choses clairement : plus Marine Le Pen fera un score important plus il y aura de pogroms, de ratonnades, de pressions mises sur les personnes arabes, juives, noires, roms, asiatiques, etc. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les pogroms anti-polonais qui se sont déchaînés dans les jours suivant le vote sur le Brexit l’année dernière (coûtant la vie à un ouvrier polonais).

Telle est la réalité que tant les personnes progressistes que les personnes arabes, juives, noires, roms, asiatiques doivent avoir à l’esprit...

4 mai 2017

« C'est sorti ? ça va mieux ? c'est bien ! » : pour que Marine Le Pen soit en mesure de prendre de si haut Emmanuel Macron, de se moquer ouvertement de lui, cela en dit long sur les faiblesses très graves de ce dernier lors du débat télévisé hier soir à l'occasion du second tour des élections présidentielles de 2017.

3 mai 2017

Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon lancé à l'occasion des élections présidentielles, la « France insoumise », a réalisé une consultation auprès de sa base de 430 000 inscrits (on pouvait en effet adhérer simplement par internet au moyen d'un email – même faux – et gratuitement).

243 128 personnes ont répondu à cette consultation, afin d'indiquer ce qu'elles feraient au second tour des élections présidentielles.

En l'occurrence, on a trois blocs, formant en réalité une contradiction : une minorité compte voter Emmanuel Macron (34,83 % avec 84 682 personnes) ; une majorité compte soit voter blanc ou nul (36,12 % avec 87 818 personnes), soit s'abstenir (29,05 % avec 70 628 personnes)...

1 mai 2017

Ce 1er mai 2017 est marqué par le renforcement historique de la tendance à la guerre impérialiste. Chaque camp fourbit ses armes, renforce ses capacités d'action, promeut le nationalisme.

Le Royaume-Uni bascule dans la sortie de l'Union Européenne avec le Brexit ; en Inde, Narendra Modi organise un régime où l'hindouisme tourne au fanatisme.

Aux États-Unis, c'est Donald Trump, ce milliardaire grossier et borné, qui a pris les commandes ; en Turquie, Recep Tayyip Erdoğan a renforcé de manière générale ses prérogatives de président s'appuyant sur la religion...

1 mai 2017

Editorial du 1er Mai 2017

Submitted by minus

Il faut, autant qu'on peut, empêcher Marine Le Pen d'accéder à la présidence de la France, un statut qui, rappelons-le, va de pair avec celui de chef des armées.

Une victoire de Marine Le Pen donnerait des ailes à l'extrême-droite, s'accompagnerait d'une reconnaissance sociale des racistes et des pogromistes. La loi Gayssot tomberait, les services secrets basculeraient dans le camp de l'extrême-droite, les éléments les plus réactionnaires de la police s'imposeraient.

Les activistes fascistes multiplieraient impunément les attaques contre la Gauche, le nationalisme deviendrait une valeur incontournable et intouchable. L'apolitisme régnerait en maître, au nom de la gestion «nationale», par en haut, de la société.

Comme le contraire du fascisme, ce n'est pas la «révolution», mais la démocratie, il faut donc temporairement soutenir Emmanuel Macron face à Marine Le Pen, afin d'être en première ligne dans la bataille prolongée pour la démocratie. C'est cela, l'antifascisme...

29 avr 2017

Si elle réussit un bon score, la haute bourgeoisie osera de plus en plus à passer le cap d'un soutien à Marine Le Pen, chose considérée comme relevant encore trop de l'aventurisme.

Mais si son score en haut, si elle montre qu'elle encadre avec succès une large partie du prolétariat, alors elle montre son efficacité, sa fiabilité, et cela encore plus si un secteur de la bourgeoisie industrielle la soutient également.

C'est une raison de plus d'appeler au barrage électoral pour le second tour des élections présidentielles : il faut que Marine Le Pen perde, avec un score le plus bas possible !...

28 avr 2017

« J’aime tous les Français, je me moque de votre couleur de peau ou de votre préférence sexuelle. Ce qui m’intéresse c’est votre bonheur. Votre sécurité, votre apaisement. »

Ces propos de Marine Le Pen, en meeting hier à Nice, doivent rappeler que le fascisme ce n'est pas, comme on le caricature, un « totalitarisme » avec partout des policiers prêts à pendre les opposants à des crocs de boucher.

Le fascisme, c'est avant tout le vide politique, l'apolitisme le plus complet, « l'apaisement » comme le dit Marine Le Pen...

27 avr 2017

En acceptant hier la présence de Marine Le Pen sur le parking de l'usine Whirlpool d'Amiens, les ouvriers de cette usine qui va fermer ont été en-dessous de tout. Quelle honte !

Ils reflètent la très profonde arriération de la classe ouvrière française qui, plutôt que d'assumer la bataille contre le capitalisme, décide de déléguer au nationalisme le moyen de la protéger.

Cela est inacceptable et il n'y aucune raison de céder devant cette tendance acceptée par une partie très importante de la classe ouvrière. Bien au contraire, la classe ouvrière française va se ressaisir !...

26 avr 2017

En 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen était au second tour des présidentielles, sans représenter pour autant une véritable menace, Jean-Luc Mélenchon avait exprimé un avis sans ambiguïtés aucune :

« Mettez des gants si vous voulez, des pinces ou ce que vous voulez, mais votez. Abaissez le plus bas possible Le Pen ! »

Il s'agissait alors de voter Jacques Chirac, le représentant du gaullisme. Cependant, à la suite des résultats du premier tour des présidentielles de 2017, Jean-Luc Mélenchon a refusé de prendre position..

24 avr 2017

Éditorial du 24 avril 2017

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le fascisme n'a pas réussi à triompher en France, grâce au Front populaire. Cela ne doit pas être pour autant le prétexte à nier la menace fasciste en général, comme si la France serait «vaccinée».

Bien au contraire même ! La présence de Marine Le Pen au second tour des présidentielles de cette année 2017 montre qu'on a une nouvelle séquence qui se profile.

Une séquence nouvelle… et longue, car puisant sa substance dans la crise générale du capitalisme et l'émergence inévitable de la classe ouvrière comme protagoniste principal de l'Histoire...

24 avr 2017

Qu'est-ce que le fascisme ?

Est-ce une gangrène, une tendance réactionnaire, portée par les éléments les plus réactionnaires, qui bougent le curseur toujours plus à droite ? Ou bien est-ce un saut qualitatif, qui modifie l’État, les institutions, même l'économie ?

La France est à un tournant et la question se pose maintenant, parce que Marine Le Pen a obtenu un grand succès, qui en ayant fait autour de 21,4 % (plus de 7,6 millions de voix) au premier tour des élections présidentielles sera présente au second tour le 7 mai 2017...

21 avr 2017

Comprendre la question animale ne s'improvise pas. Mao Zedong a expliqué que « qui n'a pas enquêté n'a pas droit à la parole » : avec un tel thème, c'est d'autant plus juste.

Prenons ainsi le point 20 des questions-propositions posées aux candidats par le collectif AnimalPolitique, qui rassemble les principales associations institutionnelles : « 20 - Créer des services d'aide aux animaux appartenant à des personnes en situation de difficulté ponctuelle ou d'exclusion. »

Jean-Luc Mélenchon répond la chose suivante : « Pour ce faire, il faut augmenter les moyens de la SPA et élargir ses prérogatives. »...

21 avr 2017

Nous avons opposé la question de la biosphère comme réalité matérielle planétaire à la dénonciation partielle de la condition animale.

C'est là une question de point de vue de classe : la classe ouvrière voit l'ensemble, la petite-bourgeoisie n'ayant qu'une lecture partielle, la bourgeoisie une lecture erronée.

C'est pour cette raison que la petite-bourgeoisie se focalise sur certains aspects ne remettant pas en cause le mode de production capitaliste, cherchant des problèmes intermédiaires...

21 avr 2017

La question animale posant la question de la réalité de l'industrie dans le mode de production capitaliste, il faut immédiatement savoir si on se soumet au capital ou pas.

Le collectif AnimalPolitique, rassemblant nombre d'associations reconnues médiatiquement et institutionnellement, se soumettent au capital.

Par conséquent, conformément à la proposition 1 qui se tournait vers l'idée d'un « bien-être » naturel dans un élevage – ce qui est impossible du point de vue matérialiste – nombre de propositions se cantonnent à demander des changements...

20 avr 2017

La question de la chasse est bien entendu un aspect essentiel de la bataille entre révolution et contre-révolution. L'abolition de la chasse est une exigence progressiste des plus évidentes.

La position des candidats aux présidentielles, dans le cadre de leur réponse aux propositions d'AnimalPolitique, en dit long pourtant sur leur caractère réactionnaire.

Réactionnaire et hypocrite, car tous, sauf certains comme François Fillon qui n'a répondu à rien, prétendent soutenir la proposition suivante :

« 22 - Interdire les pratiques barbares, réprimer les pratiques sources de stress infligées aux animaux sauvages pour des buts autres que la protection ou la conservation... »

19 avr 2017

Pour le matérialisme dialectique, la vie est de la matière plus développée. Elle dispose à ce titre d'une dignité. C'est un point de vue qui affirme le caractère universel de la matière, posant de ce fait que tout être vivant relève, en particulier, de cet universel.

Pour cette raison, le communisme implique un respect toujours plus grand du vivant. La marche au communisme est universelle ; l'Univers, toujours plus complexe, avance de manière éternelle vers davantage de synthétisation.

Seul le matérialisme dialectique comprend ainsi les implications de notre époque et saisit la nature de la sensibilité, cette « ultime frontière » morale et intellectuelle...

18 avr 2017

La question animale, de par sa dimension matérialiste, ne peut pas être résolue par le mode de production capitaliste. L'ouverture aux animaux présuppose, en effet, un rapport communiste qui est absolument étranger à la substance même de la domination du capital.

Ce dernier s'est formé, à la fois lentement et par sauts, à travers différents modes de production, dont le point de départ est l'émergence de l'agriculture et de l'élevage, accompagné par l'affirmation de l'idéologie patriarcale.

Par conséquent, la question animale et la question féministe ne peuvent avoir de réponse que par le développement toujours plus grand du communisme...

14 avr 2017

L'un des apports de Mao Zedong au matérialisme dialectique est la compréhension du fait qu'il existe une contradiction principale et des contradictions secondaires.

C'est la raison pour laquelle, lors de l'invasion de la Chine par le Japon, Mao Zedong a considéré que la lutte anti-japonaise était l'aspect principal, la contradiction avec le Guomindang, qui pourtant avait massacré des communistes, devenant secondaire.

De la même manière, la Chine a entamé des pourparlers diplomatiques avec les États-Unis d'Amérique en 1972, le président américain venant à Beijing, alors que la contradiction principale était considérée comme étant désormais avec le social-impérialisme soviétique...

5 avr 2017

Le débat télévisé hier des onze candidats aux élections présidentielles a obéi à une logique impitoyable, celle de la personnalisation des candidatures dans le régime de la Ve République.

Il est, dans un tel cadre, extrêmement difficile de faire passer un message rationnel, dans la mesure où les médias, les institutions, la nature même du poste de président, la tradition bonapartiste, tout contribue à empêcher un débat cohérent, sur la base du contenu...

2 avr 2017

La candidature de Marine Le Pen est celle de la subversion de l’État par les forces plus agressives du capitalisme, celles qui ne veulent pas simplement imposer par en haut (la droite) au lieu de moderniser (la social-démocratie), mais modifier radicalement les institutions.

C'est par conséquent la candidature du nationalisme, du corporatisme et de la marche à la guerre impérialiste...

1 avr 2017

Jacques Cheminade a déjà été candidat aux élections présidentielles à deux reprises, en 1995 (84 969 voix soit 0,27 % des votes) et en 2012 (89 545 voix, soit 0,25 % des votes). Il est le promoteur en France des conceptions de Lyndon Larouche, un théoricien de la gauche américaine considérant qu'il existe un complot mondial de la part de grands financiers.

Il se pose ainsi comme un réformateur se revendiquant de Jean Jaurès, Charles De Gaulle et Pierre Mendès-France, affirmant plus précisément qu'il est « de gauche comme Jaurès et de droite comme De Gaulle ». Il oppose ainsi la nation à une force obscure désirant sa perte : l'ensemble des problèmes du monde est considéré comme le résultat du complot de la haute finance, qui utiliserait même la « mystification » que serait le réchauffement climatique pour imposer ses exigences...

30 mar 2017

L'ancien Premier ministre Manuel Valls, en appelant à voter Emmanuel Macron dès le premier tour des élections présidentielles, pose la question de ces élections présidentielles de la même manière que Robert Hue, l'ancien dirigeant du Parti « Communiste » français.

Manuel Valls a expliqué hier qu'il n'y avait pas le choix face à Marine Le Pen :

« Rien n'est joué pour le premier tour, ni pour le second, dans un climat nauséabond. Je crains une abstention forte, je m'étonne aussi qu'on ne souligne pas plus le risque du Front national (…). Donc je voterai pour Emmanuel Macron. »...

28 mar 2017

Élections présidentielles de 2017 : Jean Lassalle

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Député des Pyrénées-Atlantiques, Jean Lassalle est un bourgeois de province qui a pris au sérieux les thèses idéalistes sur le « terroir ». S'il a voté pour Nicolas Sarkozy en 2012, il est surtout un partisan de la décentralisation la plus complète, dans un esprit conservateur de soumission aux notables.

Dans cet esprit d'ailleurs typique des notables défendant le « bas peuple », Jean Lassalle est un adepte des coups d'éclats symbolique. Le Parlement est bien sûr une cible particulière, qu'il met en opposition à sa circonscription...

26 mar 2017

Le Nouveau Parti Anticapitaliste est issu de la Ligue Communiste Révolutionnaire, une organisation trotkyste qui a su se développer à la suite de mai 1968.

Cependant, le Nouveau Parti Anticapitaliste a entièrement mis de côté le marxisme au nom d'une ligne « anticapitaliste » qui se situe à la fois dans le prolongement de l'altermondialisme des années 1990 et des théories post-modernes des années 2000.

Philippe Poutou, ouvrier dans une usine Ford en Gironde, est ainsi un candidat dont l'objectif est de « rompre avec le capitalisme, pour ouvrir la voie à une société inédite, démocratique et égalitaire, féministe et écologiste », dans le rejet complet de l'histoire du mouvement ouvrier, au nom d'une analyse de la société en termes d'oppressions et de droits individuels...

25 mar 2017

Le fascisme n'est pas une « réponse » au risque de révolution, mais un produit inévitable du capitalisme en crise cherchant à résoudre celle-ci par tous les moyens. C'est le principe de la tendance à la guerre impérialiste.

Pour cette raison, l'antifascisme n'est pas un appel à la « révolution », mais à la bataille pour la démocratie. C'est un front le plus large qui soit contre les mesures toujours plus militarisées et corporatistes imposées par les monopoles, contre les initiatives allant dans le sens de la concurrence internationale, vers la guerre...

24 mar 2017

Cadre historique de la droite française, maire d'une petite ville (Yerres), député de l'Essonne Nicolas Dupont-Aignan relève de la bourgeoisie traditionnelle : il a un diplôme de gestion de l’entreprise et marché financier à la prestigieuse université sélective Paris-Dauphine, il a fait l'ENA, ses filles s'appellent Victoire et Sixtine, etc.

Cependant, il appartient depuis pratiquement deux décennies dans le camp de la droite dite « souverainiste », sur une ligne farouchement opposée à l'Union Européenne et à l'euro. Il s'est à ce titre déjà présenté à l’élection présidentielle de 2012, obtenant 1,79 % des votes (643 900 voix)...

22 mar 2017

« Quelle honte ! », voilà le sentiment qui prédomine normalement chez toutes les personnes progressistes à propos de l’émission « Au tableau » diffusée dimanche soir sur la chaîne C8 (groupe Canal +).

L’émission consistait en un groupe d’enfants d’une dizaine d’années (présentés comme une classe alors qu’ils ne sont pas de la même classe) posant des questions à quatre candidats à l’élection présidentielle : François Fillon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon ; Marine Le Pen ayant pour sa part décliné à plusieurs reprises l’invitation.

Si les enfants ne sont pas des citoyens, c’est qu’il y a une raison : ils sont des adultes en devenir mais n’en sont pas encore ! Ils n’ont pas les moyens intellectuels, pratiques et culturels d’avoir une véritable opinion politique structurée...

21 mar 2017

Le problème essentiel de la politique française est que le régime de la Ve République est né d'un coup d’État, accordant au président le statut de père de la nation. Or, avec la décadence générale de la bourgeoisie et du capitalisme, le personnel politique n'est plus à la hauteur. À l'irrationalisme en faveur du choix d'un nouveau père de la nation ont succédé des engouements et des emportements d'un temps.

Cet état de fait a été accepté par tous, au point que c'est TF1 qui a pu organiser hier un débat entre cinq candidats aux présidentielles, choisissant qui participerait au débat (François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon), rejetant les autres candidats (Nathalie Arthaud, François Asselineau, Nicolas Dupont Aignan, Jacques Cheminade, Jean Lassalle, Philippe Poutou).

Il n'y a ici même pas l'apparence de la démocratie : on est directement dans le populisme, la mise en scène...

19 mar 2017

Lorsque François Fillon a organisé un rassemblement au Trocadéro, des drapeaux français ont massivement été distribués, pour donner une tonalité patriotique à l'événement. On ne sera pas étonné que Jean-Luc Mélenchon ait fait en sorte que son rassemblement d'hier à Paris soit placé sous le même signe.

On a ainsi pu entendre la Marseillaise entonnée dans une ferveur patriotique marquée par des bonnets phrygiens frappés de la cocarde tricolore et une marée de drapeaux tricolores.

Et c'est à cette foule se revendiquant d'une identité nationale que Jean-Luc Mélenchon a dénoncé « les financiers, parasites et sangsues »...

16 mar 2017

Au lendemain de mai 1968, les courants ultra-gauchistes ont profité de l’effervescence politique pour s'ancrer parfois dans la société française. C'est le cas de « Voix Ouvrière » devenu « Lutte Ouvrière », nom employé par l'Union Communiste (trotskyste).

Celle-ci présente des candidats à chaque élection depuis 1973, Arlette Laguiller ayant été longtemps sa candidate aux élections présidentielles. C'est désormais Nathalie Arthaud, agrégée d'économie et de gestion, qui a pris le relais ; c'est sa seconde participation après 2012 (0,56 % des voix, 202 548 voix). L'objectif de « Lutte Ouvrière » est de profiter des élections pour populariser des mesures en adéquation avec les principes formulés par Léon Trotsky dans Le programme de transition. Ces mesures formeraient des « revendications transitoires » entre les revendications existantes et le programme révolutionnaire...

14 mar 2017

En raison de l'importance du Parti Communiste en France, Charles De Gaulle a été obligé d'élaborer un programme de la Résistance impliquant de nombreuses nationalisations et des mesures sociales importantes, comme la sécurité sociale. En raison également de l'importance des Partis Communistes en Europe de l'Ouest, les États-Unis d'Amérique ont été obligés de lancer un plan Marshall d'investissements économiques massifs, allant de pair avec le projet libéral de construction européenne, de fédération des États dans une étroite alliance militaire avec les États-Unis, qui amènera la constitution de l'OTAN.

Le plan américain a réussi sans commune mesure et pour cette mesure, Charles De Gaulle a été isolé politiquement à partir de 1951.

Venant de la droite dite « souverainiste », François Asselineau considère que tout part de là et présente son parti, l'Union Populaire Républicaine, comme la réémergence du gaullisme historique. Il met de côté tout ce qui s'est passé par la suite, considérant que sa substance se résume uniquement au plan américain de l'après-guerre. Il nie ainsi que le gaullisme lui-même a accepté la construction européenne, tout en privilégiant une « Europe des nations »...

11 mar 2017

C'est un paradoxe tout à fait frappant, dont la nature est évidente : plus les gens sont de gauche ou plutôt pensent l'être, plus ils ne considèrent pas qu'il y ait un danger fasciste en France.

C'est tout à fait étrange, car dans l'ordre des choses, c'est la gauche réformiste qui devrait ne pas pouvoir penser que les choses peuvent radicalement changer dans les institutions françaises, par confiance en la « solidité » des institutions.

Pourtant, ce n'est pas le cas. Plus les gens pensent être de gauche, plus le Front National leur semble être un épouvantail, une pseudo-menace agitée par le capitalisme pour les empêcher d'assumer d'être de gauche...

6 mar 2017

Acculé par l'affaire de l'emploi présumé fictif de sa femme comme attachée parlementaire entre 1998 et 2013 (ainsi que comme collaboratrice présumée fictive à la Revue des deux Mondes), François Fillon a choisi la fuite en avant.

Pourquoi cette folie ? S'il y a une part de démesure, il faut surtout voir qu'il est porté par une frange ultra-réactionnaire de la bourgeoisie, sur une ligne catholique conservatrice, en étroite alliance avec une section de la haute bourgeoisie...

4 mar 2017

Benoît Hamon défend une idée très simple, qui se divise en deux : d'un côté il faut taxer la robotisation, de l'autre profiter de cela pour créer un revenu universel.

Ce n'est pas une idée nouvelle, elle existe depuis longtemps avec différentes variantes, dont les plus connues sont l'autonomie ouvrière de Toni Negri en Italie dans les années 1970, la société des deux-tiers en Allemagne dans les années 1980, ainsi que dans les années 1990 aux Etats-Unis par Jeremy Rifkin.

Ce dernier a publié en 1995 la Fin du travail : le Déclin de la force globale de travail dans le monde et l'aube de l'ère post-marché, qui a été préfacé dans sa version française justement par Michel Rocard, dont Benoît Hamon est un disciple...

3 mar 2017

Emmanuel Macron a un programme de consensus d'un côté, de libéralisme tous azimuts de l'autre. Pour cette raison, il a sans cesse repoussé le fait d'assumer d'avoir un programme, pourtant exposé dans son ouvrage « Révolution ». C'est la raison qui fait qu'il était déjà possible de produire comme nous l'avons fait un document intitulé « Que représente Emmanuel Macron ? ».

Hier, il s'est pourtant tenté à un exercice de style, devant 300 journalistes, tout en accordant une interview au Parisien. C'est une excellente occasion de voir si notre analyse est juste, ou s'il faut l'améliorer, l'infirmer, la corriger ou la rectifier...

2 mar 2017

Hier, François Fillon a mis en place un véritable psychodrame, décommandant au tout dernier moment sa visite prévue le matin au Salon de l'Agriculture, pour annoncer dans une conférence de presse improvisée sa convocation le 15 mars en vue d'une mise en examen.

En toute logique, on aurait pu s'attendre à ce qu'il annonce son retrait de l'élection. Les militants de son parti, Les Républicains, ne peuvent tout simplement plus faire campagne : même à Neuilly, les accusations sont incessantes, inébranlables...

27 fév 2017

En organisant dans la ville de Nantes pour son premier grand meeting de campagne, Marine Le Pen a choisi la voie de la provocation et l'ultra-gauche est tombée dans le panneau, deux mille personnes manifestant avant-hier et cherchant un affrontement vain et stérile avec la police.

À cela s'ajoute, hier, le caillassage en règle d'un bus transportant des gens allant au meeting. Du pain béni pour l'extrême-droite au moment du début d'une campagne où elle espère pouvoir prendre le pouvoir !...

23 fév 2017

A côté de la bourgeoisie monopoliste, il existe de nombreuses autres fractions de la bourgeoisie, tout comme la bourgeoisie monopoliste est elle-même divisée en différentes fractions.

Contrairement à l'ultra-gauche (anarchiste et trotskyste) qui nie l'existence de telles fractions, le matérialisme dialectique souligne que la compréhension de leur nature est nécessaire pour saisir les formes des contradictions au sein du capitalisme.

Ce qui vient de se passer avec François Bayrou en est un exemple évident. Celui-ci a annoncé hier son soutien à Emmanuel Macron...

22 fév 2017

L'hebdomadaire L'Obs, nouveau nom du Nouvel Observateur, a consacré un numéro à Emmanuel Macron. Ce dernier en a profité pour tenir de nouveau des propos dont la teneur est la même que lors de son meeting à Lyon il y a peu : il n'y aurait pas de culture française.

Voici comment il expose sa ligne cosmopolite correspondant aux intérêts d'un capitalisme qui veut des consommateurs, pas des gens s'épanouissant dans la culture.

«Votre programme culturel, de l'éducation artistique pour 100 % des enfants au pass de 500 euros à 18 ans, rappelle les principes de Jean Vilar. Le patron du TNP et compagnon de route des communistes tenait que « le théâtre est un service public, comme le gaz, l'eau, l'électricité »...

20 fév 2017

Jean-Luc Mélenchon a présenté hier son programme économique dans une émission de 5h de long sur Youtube, avec des « chiffres » développés par toute une équipe de gens plutôt jeunes, Jean-Luc Mélenchon n'intervenant que ponctuellement.

C'est une manière pour lui de se présenter comme crédible, avec en arrière-plan, bien entendu, l'inévitable comparaison avec le Programme commun de 1981. Car la question de fond est là : soit nous avons raison et Jean-Luc Mélenchon est quelqu'un qui veut moderniser le capitalisme français par une mobilisation sociale-impérialiste, soit il est réellement ancré à gauche et relève d'une offensive contre la bourgeoisie.

19 fév 2017

Ce qui caractérise l'idéologie post-moderne, c'est qu'elle voit dans le capitalisme le moyen de conquérir des droits individuels, exigeant en ce sens le libéralisme le plus général.

Benoît Hamon, représentant de l'aile « moderniste » du Parti Socialiste – par opposition à l'aile « républicaine » représentée par Manuel Valls – a donc rappelé l'une des exigences post-modernes, lors de son voyage au Portugal : le cannabis doit être légalisé.

Au Portugal, toutes les drogues sont dépénalisées, y compris l'héroïne, la cocaïne, l'ecstasy, etc. La capitulation devant les drogues y est générale et cela pour une raison bien précise, qui tient en la pacification sociale...

16 fév 2017

Jean-Luc Mélenchon, avec son projet « L’avenir en commun  », applique en France les recettes du populisme tel qu'il a existé ces quarante dernières années en Amérique latine : il faudrait galvaniser la nation pour qu'elle redevienne « forte ».

Le pays serait menacé par des forces extérieures causant une instabilité économique marquée par l'austérité : les États-Unis d'Amérique et l'Allemagne, alors que la Russie est mise en avant comme un contre-poids nécessaire. Il serait nécessaire de répondre à cela de passer, selon les mots de Jean-Luc Mélenchon, par une « révolution citoyenne », permettant une réelle indépendance et un réel développement. La France est ici réduite au statut de pays pratiquement colonisé...

10 fév 2017

La question de savoir comment les changements révolutionnaires vont exister dans notre pays peut être résolue si l'on prend en compte à la fois les particularités propres à la France, ainsi que les tendances universelles propre à toute une phase historique. Le front populaire antifasciste n'est ainsi pas offensif, mais défensif, dans la mesure où il s'oppose au fascisme et se contente de s'opposer au fascisme ; il n'a pas comme objectif le socialisme. Cependant, la nature défensive de ce front populaire, de par l'agressivité toujours plus grande du fascisme et des monopoles, possède une dimension offensive : celle d'une bataille pour la démocratie populaire contre la tyrannie des monopoles...

7 fév 2017

Le mode de production capitaliste a un mouvement contradictoire : d'un côté, il tend à dissoudre les règles et les frontières pour disposer de davantage d'espace pour se développer, de l'autre il procède à une sorte de rétractation, de repli sur soi, afin de se préserver et d'empêcher l'avènement de la socialisation générale, le communisme.

Cette tendance contradictoire produit à la fois un fétichisme du passé, de la Nation, qui s'exprime dans le romantisme, le national-socialisme étant un exemple connu de cela, à la fois par le culte de la dissolution de toutes les normes et du cadre national...

6 fév 2017

François Fillon a-t-il, en plus de son « erreur » apparente par rapport au salaire d'assistante de sa femme, été victime d'une vaste campagne visant à déboulonner une personnalité pro-Poutine ? On ne le sait pas encore, mais toujours est-il qu'il reste deux autres candidats de ce type : Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

Hier, tous les deux tenaient un meeting à Lyon, alors que leur ennemi stratégique, Emmanuel Macron, y était lui-même la veille...

1 fév 2017

Pierre Bergé répparaît au lendemain des « primaires citoyennes ». Il avait soutenu Manuel Valls et comme Benoît Hamon ne lui plaît pas, il s'en va chez Emmanuel Macron.

La raison en est toute simple, puisqu'il suffit de lire les lignes suivantes, reproduisant des propos tenus par Pierre Bergé au Figaro :

« Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l'adoption. Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l'usine, quelle différence ? C'est faire un distinguo qui est choquant »...

31 Jan 2017

Le succès de Benoît Hamon tient, si l'on y porte attention, au fait qu'il se présente comme le garant de la générosité sociale. Voilà qui a marqué et mobilisé de très nombreuses personnes : avec plus de deux millions de personnes votantes, les « primaires citoyennes » ont eu un écho qu'il serait absurde de ne pas reconnaître.

Tout comme Emmanuel Macron connaît un engouement en se présentant comme le candidat de la modernité et du travail, tout comme Jean-Luc Mélenchon construit ses réseaux avec son réformisme radical, figure moderne de l'alter-mondialisme. Tout comme, par ailleurs, François Fillon a su cristalliser la frange conservatrice traditionnelle de la bourgeoisie, tout comme Marine Le Pen obtient un appui certain avec son souverainisme social...

30 Jan 2017

Benoît Hamon a été le vainqueur des « primaires citoyennes » en réunissant autour de 59% des voix lors du seond tour, alors que la large majorité des responsables du Parti Socialiste ne le soutenaient pas. C'est la particularité des « primaires » organisées pour la première fois en 2011, où François Hollande était sorti vainqueur.

C'est l'expression d'un changement très profond au sein du Parti Socialiste, qui a cessé d'être une structure politique avec une tradition bien déterminée, des courants d'idées, pour ne plus être qu'une machine électorale. Le succès de Benoît Hamon accompagne cette transformation, dans la mesure où il vient de la tradition portée par Michel Rocard d'une « seconde gauche » sociale et moderne, en opposition historique à ce que symbolisèrent Léon Blum et François Mitterrand...

29 Jan 2017

Le problème de l'idéalisme n'est pas seulement de ne pas être matérialisme : c'est aussi qu'il s'intoxique lui-même.

Et là, les idéalistes qui ont célébré le mouvement contre la Loi travail comme un début de soulèvement ont décidé de croire en leur propre mensonge : ils s'imaginent pouvoir perturber, voire empêcher les élections présidentielles. C'est le sens des slogans triomphalistes « 2017 n'aura pas lieu », « la présidentielle n'aura pas lieu » qui se diffusent dans l'ultra-gauche...

26 Jan 2017

Nicolas Chapuis, le chef du service politique du Monde, a affirmé au sujet du débat d'hier entre les deux vainqueurs du premier tour des « primaires citoyennes » qu' « une fois n'est pas coutume, ce débat est de bonne tenue et clair pour les potentiels électeurs sur le choix qui s'offre à eux ».

De bonne tenue, peut-être, mais clair, il faut tout l'aveuglement d'un membre dirigeant du quotidien historique de la « seconde gauche » pour y voir quelque chose de lisible...

23 Jan 2017

Les « primaires citoyennes » ont rendu leur verdict, avec une participation qui dépasse le million de votes, ce qui est bien moins que la droite avec ses primaires, mais témoigne qu'en arrière-plan, un débat certain existe dans les masses.

Toutefois, le niveau de ce débat est à l'image de la société française et il n'a pas su aller au fond des choses au point d'avoir placé en tête quatre personnes relevant d'une seule et même famille politique...

20 Jan 2017

A voir le troisième débat des « primaires citoyennes », on se dit qu'après tout si Lionel Jospin avait une attitude passe-muraille et un air pince sans rire, il avait en fin de compte vraiment du style et que François Hollande, c'est un Lionel Jospin plus rondouillard et osant faire quelques petites blagues.

Un dirigeant socialiste, somme toute, c'est un énarque qui sait prendre un calva au bistro, en faisant de bonnes promesses...

18 Jan 2017

Éditorial du 18 janvier 2017

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Les «Primaires citoyennes» ne sont pas enthousiasmantes, c'est le moins qu'on puisse dire. Mais ce qui est frappant, surtout, et même choquant, c'est ce silence sur les religions qui pourtant gagnent du terrain tout en étant toujours plus insupportables aux larges masses.

16 Jan 2017

Le second débat des « Primaires citoyennes » a montré parfaitement qu'un seuil de basculement a été atteint ; désormais, seuls les thèmes post-modernes ont le dessus, c'est-à-dire ceux qu'on appelle « sociétaux », qui relèvent d'une philosophie de la « modernisation » de la société, au moyen de la conquête de « droits » nouveaux.

Quels sont ces « droits » ? Leur nombre est réduit, ce sont toujours les mêmes qui reviennent.

Il y a le droit à l'éducation, qui permettrait d'abolir les inégalités, celui aux énergies renouvelables, ce qui est une manière de se prétendre soucieux de l'environnement...

14 Jan 2017

Hier, les médias ne faisaient même pas un vrai effort pour trouver un intérêt réel au premier débat télévisé des primaires citoyennes qui s'est tenu avant-hier à la télévision. Les sept candidats ont été fades, sans envergure.

C'est là que les gens de gauche comprennent le drame : la tendance est soit à aller à Jean-Luc Mélenchon si l'on privilégie une sorte d'altermondialisme et de nationalisme social, soit à aller à Emmanuel Macron si on adhère à l'européisme libéral...

9 Jan 2017

La primaire citoyenne et «Je suis Charlie»

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le mouvement « Je suis Charlie » a été historiquement une vague progressiste de nature petit-bourgeoise, permettant de vrais débats, sans pouvoir aller jusqu'au fond des choses, mais tout de même. C'est pour cette raison que la fraction la plus conservatrice de la société a été totalement opposé à ce phénomène, tout comme par ailleurs l'extrême-gauche devenue ultra-gauche. En fait, le mouvement « Je suis Charlie » correspond à tout un pan de la société qui est l'allié objectif de toute bataille pour une démocratie populaire.

Pourtant, on peut voir que les candidats à la primaire citoyenne n'abordent pas la question du mouvement « Je suis Charlie ». Pire encore, leur approche s'y oppose même pratiquement entièrement pour la plupart d'entre eux...

6 Jan 2017

Éditorial du 6 janvier 2017

Submitted by Anonyme (non vérifié)

L'épisode de pollution en Vallée de l'Arve n'a rien de nouveau, mais témoigne d'un approfondissement, d'une accélération de ce qui était sous-jacent. C'est bien d'une crise qu'il s'agit, d'une crise écologique exigeant une remise à plat fondamentale de la vie quotidienne de l'humanité.

2 Jan 2017

L'effondrement du projet politique d'Union Européenne a laissé orpheline toute une partie de la bourgeoisie, celle qui table sur la modernisation permanente du capitalisme pour relancer de nouveaux cycles de croissance.

La « mondialisation », c'est-à-dire le renforcement du capitalisme par l'ouverture de nouveaux marchés, a également produit des couches sociales petites-bourgeoises considérant qu'elles peuvent s'élever socialement en contournant les blocages imposés par les monopoles, espérant trouver de bons « clients » à défaut de mauvais employeurs...

16 déc 2016

La primaire de 2017, sous l'égide d'une « Belle Alliance populaire » (le PS, l'Union des démocrates et des écologistes, le Parti écologiste et le Front Démocrate auxquels s'est joint récemment le Parti Radical de Gauche) est un nouveau nivellement par le bas, uniquement au service des « républicains de gauche ».

C'est, au sens strict, une opération des élus socialistes afin de se positionner comme incontournables en tant que force d'opposition et de gouvernement ; le plébiscite des primaires est censé assécher de manière totale tout le terrain de l'autonomie populaire et du débat politique pour la transformation sociale...

2 déc 2016

Quiconque a lu notre présentation de la candidature de François Fillon a compris quelles sont les forces sociales derrière lui. Quiconque a un aperçu matérialiste dialectique sur ce que trame l'appareil d’État – c'est une des tâches que forcément nous assumons – sait que les hauts fonctionnaires ont gelé tous les projets, considérant que le prochain président sera François Fillon.

Cela signifie que tant le grand capital que l'appareil d’État ont décidé de pousser pour que François Fillon soit le grand vainqueur des prochaines élections présidentielles.

François Hollande l'a compris et alors qu'il avait prévu depuis bien longtemps de se présenter, alors que le Parti Socialiste avait déjà acheté une voiture blindée pour sa campagne, il a abandonné.

28 nov 2016

Le projet de François Fillon est, selon ses propres termes, la mise en place d'un « l’État protecteur » et d'un gouvernement « commando ».

C'est un choix agressif, qui vise d'un côté la réorganisation générale de la société française et de l'autre un interventionnisme très volontaire sur le plan international, alors que jusqu'à présent la ligne hégémonique était celle d'une modernisation pas à pas. La France est censée devenir la première puissance européenne dans les dix ans...

27 nov 2016

C'est l'ironie de l'histoire : le jour de la mort de Fidel Castro, les membres du Parti « Communiste » français ont choisi de soutenir Jean-Luc Mélenchon aux élections présidentielles de 2017.

Si le Parti « Communiste » français s'y était présenté seul, comme l'ont voulu les cadres s'opposant tout récemment à la direction, les scores auraient été tellement bas, l'isolement si grand, que les élus auraient par la suite étaient perdus aux législatives...

6 nov 2016

Le P«C»F est divisé en trois entités bien déterminées : la base, les cadres et les élus. Ces derniers ont conscience de la pression sur la survie de leur structure, la base vit dans une mythologie directement issue du révisionnisme.

Quant aux éléments intermédiaires, ils tanguent entre les deux, espérant en tout cas maintenir coûte que coûte la structure générale que les élus pourraient avoir tendance à dissoudre dans un regroupement plus vaste...

5 nov 2016

Le P«C»F face à son destin

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Pierre Laurent, le dirigeant du Parti « Communiste » français, a décidé de choisir d'appeler à soutenir Jean-Luc Mélenchon pour l'élection présidentielle de 2017. C'est une fuite en avant, car la situation est très difficile pour le P«C»F : n'ayant plus aucun socle idéologique ou culturel, le risque de se faire phagocyter est très important.

D'habitude, le P«C»F se lie au Parti Socialiste pour maintenir son réseau d'élus, qui s'amoindrit cependant toujours plus ; l'effondrement du Parti Socialiste empêche cela pour l'instant (Pierre Laurent a en effet affirmé qu'une déisgnation d'Arnaud Montebourg comme candidat du Parti Socialiste « changerait tout »)...

17 oct 2016

Le révisionnisme est un puissant poison qui naît d'une tentative de l'ancien de s'opposer au nouveau, au sein même du Mouvement Communiste International. Sous des prétextes divers, des théoriciens « révisent » le marxisme, afin de faire passer en contrebande des conceptions qui servent le mode de production capitaliste.

La bataille contre le révisionnisme est un contre-poison nécessaire, permettant d'y voir clair. Pour cette raison, il faut porter son attention sur Jean-Luc Mélenchon...

17 oct 2016

Editorial du 17 octobre 2016

Submitted by Anonyme (non vérifié)

La classe ouvrière est aujourd'hui observatrice, passive, cédant parfois ici et là sans trop y croire au chantage du « patriotisme économique », observant avec méfiance le mouvement « Nuit debout » ou le mouvement contre la Loi travail, tous deux dirigés par l'aristocratie ouvrière et la petite-bourgeoisie en crise.

Elle est aux aguets, elle rumine, elle synthétise, comme l'ensemble des masses populaires s'apercevant que plus rien ne va rester comme avant. Mais le niveau idéologique est d'une faiblesse inouïe et nombreuses sont les influences culturelles du chantage au « patriotisme économique », de l'antisémitisme, des religions, etc...

26 sep 2016

C'est un sujet qui n'existe pas à l'ultra-gauche, pour qui tout se vaut. Mais c'est la hantise des progressistes, ainsi que des gens d'« esprit Charlie » en général. Que faire au second tour des élections présidentielles si Marine Le Pen y est présente ?

Car, naturellement, nous savons toutes et tous qu'elle est bien partie pour accéder au second tour, tout en ayant une difficulté énorme à dépasser les 40 %. Elle le sait et modernise sa ligne, avec l'option nationale-républicaine. Peut-être même qu'elle espère perdre en 2017, pour être d'autant plus prête dans la foulée en cas de crise politique...

11 sep 2016

La question animale est au centre de la contradiction entre villes et campagnes, qui décide des modalités de la vie quotidienne, puisque la contradiction entre travail manuel et travail intellectuel se situe, quant à elle, directement dans la nature même du mode de production.

La vie se situe dans l'espace-temps, et dans l'espace il y a les animaux, happés de plus en plus dans le temps, dans la machinerie capitaliste qui les broie toujours davantage pour produire davantage, afin de compenser sa baisse tendancielle de taux de profit...

1 sep 2016

Le sens de la rentrée 2016

Submitted by Anonyme (non vérifié)

La rentrée 2016 est très importante historiquement, pour deux raisons évidentes. La première, ce sont les élections présidentielles de 2017 qui se lancent. Nous sommes tout juste au 1er septembre et c'est déjà la frénésie. La crise sociale est tellement importante, que beaucoup de personnalités politiques espèrent parvenir à se placer.

Ensuite, il y a eu la « Loi travail ». Lors de la mise en place de son projet, le syndicat institutionnel CGT, les révisionnistes du P"C"F et les anarchistes ont pris les commandes du mouvement d'opposition...

22 aoû 2016

C'est tout un symbole de l'effacement intellectuel et culturel des valeurs de gauche, contre quoi il faut se dresser. Il y a quarante ans, Pierre Joxe avait donné naissance à une « fête de la rose » à Frangy-en-Bresse ; quoi qu'on en pense, il y avait un contenu, une vraie démarche cherchant à aller à gauche.

Cette année, cela s'est vu transformer en « fête populaire » organisée par Arnaud Montebourg (qui a récupéré à son compte la fête depuis les années 2000) se pavanant devant les journalistes. Si auparavant il évitait à tout prix les grosses voitures – pour « faire peuple » – cette fois c'est une berline qu'il a utilisée...

22 aoû 2016

Éditorial du 22 août 2016

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Les candidatures à l'élection présidentielle de 2017 se multiplient. Cela reflète l'approche politique française, qui multiplie les partis politiques ayant réponse à tout en fonction des situations, permettant ainsi aux institutions d'éviter une situation d'instabilité.

A l'opposé de l'ultra-gauche et des électoralistes (LO, PG, P“C“F), nous appelons à se plonger dans l'étude de ces candidatures, afin d'être en mesure de faire des critiques constructives lors des multiples débats qui ne manqueront pas d'exister dans certains secteurs des masses...

9 déc 2015

Aujourd'hui, ce mercredi 9 décembre 2015 Jean-Luc Mélenchon est l'invité principal d'une conférence sur les questions militaires. L’événement se déroule à l’Hôtel national des Invalides, lieu hautement symbolique pour l'Armée française qui dépend directement du Gouverneur militaire de Paris.

Il s'agit de la présentation d'un cahier, une sorte de Hors-série de la Revue Défense Nationale avec pour thème : « Pour un nouvel indépendantisme »...

S'abonner à élections présidentielles et législatives de 2017